carnet de liaison

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 26 décembre 2008

lettre pour recevoir un objet




pour la fin

                                           La maison est séparée










mardi 28 octobre 2008

les choses n'y sont plus quand on les a quittées


l"   est partie , introuvable. stop.

montre toi

___________________________doucement entre les pages /file /_______________________________________


dimanche 24 février 2008

test des attachements




attachement n°1 ligature/liaison
lien possible, lien imaginable, lien envisageable

attachement n°2 ne doit pas prendre corps dans le corps
lien supposé, lien détaché, lien déjoué

attachement n°3
dénouée la jupe zip ,          le haut bas  ,
perdu pied ,                    délacés les dessous  ,
d é g a g e m e n t   p r o v i s o i r e  ,
dirons nous dé-m é n a g e m e n t  ?
remise en vue espacement d'un temps d'espacement du trou
dé-filement   de   ce    faux fil         qui tient              la tête dure
obstinément tendue vers      ,                     et  par contre
toute attente                           je dé-/nous/ te /noeud pas
la boîte des attachements just'au cou,          ma chère :
un heureux dénouement




lundi 11 février 2008

de tous les pieds



Cela de vous me tombe jusqu'aux pieds.
Résultat /à pieds joints/ d'un processus étranger qui fait disparaître de la ligne tout accent et, peu à peu, annule ses desseins.
On n'avait rien de particulier à faire ou à dire. Mais j’ai vu son visage aujourd'hui, je ne sais pas comment il a roulé
sous la ligne de mes doigts, malgré que j'aie été depuis si longtemps au-delà




Aujourd'hui, plutôt que de rester là à ne rien faire. Je cède.
Le manque sera pour demain.







vendredi 20 avril 2007

vitesse de la poudre aux yeux


Ré:pondre à tous

à v.)

devant ta porte.
arrive parfois le soir, que me manque.
format standard

à ssd.)

on a dû perdre l'heure, tu sais.
ou
peut-être que
même pas toi, sans toi,
ou juste comme ça ...

à e.)

l'herbe est si haute ici
on ne voit plus à 2 pas.
je parle, je parle, je parle ...

tant pis

mercredi 18 avril 2007

éPisode des mÓuches




hier, elle était habillée de noir
le col blanc, près du visage très pâle
toute tendue à cause du vernis

ça emmenait le geste d'ouvrir les bras

En passant derrière elle,
j'ai essuyé à peine son épaule où le mur avait laissé une trace blanche
et doucement, j'ai murmuré dans son cou :
tu es si jolie ce soir


je taillerai des robes courtes
dans de larges étoffes à fleurs et montrerai mes jambes nues
jusqu'au colback même au-dessus

vendredi 13 avril 2007

conséquences du grand mal au coeur




elle dort ...

on ne serait pas étonné qu'elle en découvre le chemin

              regroupée autour d'elle-même
              pour ne rien laisser échapper
              dans un silence d'apparence
              elle dort ....





jeudi 12 avril 2007

maurice Blanchot






Mais, le lieu une fois atteint, qu'arrivait-il ? Qu'était ce lieu ?
Celui où il n'y avait plus qu'à disparaître, parce que la musique, dans cette région de source et d'origine, avait elle-même disparu plus complète­ment qu'en aucun autre endroit du monde : mer où, les oreilles fermées, sombraient les vivants et où les Sirènes,
preuve de leur bonne volonté, durent, elles aussi, un jour disparaître.


maurice Blanchot in Le livre à venir - folio p. 9






vendredi 30 mars 2007

tour des murs en 9 points et reprise.



1 - vu devant à hauteur de la langue
le pouvoir du sorcier assoupi
conté selon vos doigts
décousus à la première  halte

2 - 3 - dire plus :
une pause 

4 - puis d'un retard plus tard :

                                   celle là.

                                  Qui l'a vue ?

                  5 - 6 - 7 - qui l'a vue ?
                                   elle vole

8 - à y regarder d'un peu près
on voit courir sur son visage
de petits chemins compliqués
là où la peau
ne se console plus
d'avoir été pincée

9 - il ne s'agit alors que d'air
ne rien fixer

rien

ne rien fixer du tout
de l'air fondu à l'air
on se confond

                            moi-même accidentelle
                            des promenades des hauts murs
                            tic et toc.
                            vue devant
                            à cette hauteur même ...




dimanche 25 mars 2007

portrait-robot du grand DISSIPATEUR


après un bon lavage de nos mains courantes notre robot de nettoyage
ne nécessite plus aucune surveillance,
Respecte objets, sujets et meubles de rencontre
grâce à un interrupteur multiprises.

4 modes :
A) mode silencieux
B) sur prise plongeante
C) mode glissant
D) combiné de frottements approximatifs

plus tard : dans le présent d'à présent
où tout est d'un autre présent
et lorsque la lumière baisse, vous verrez
nous nous sentirons proprement nettoyés.

- page 1 de 43