‑ Et voici le moment où, pour de bon, la paroi s'abaisse et ceux qui étaient derrière...
 qui n'avaient jamais bougé de là, qui avaient tout observé, arrivent...
‑ Vous avez bien regardé? Que s'est‑il donc passé...
‑ Oh, rien de grave, juste un moment d'absence... un léger assoupissement.
‑ Ça s'est vu ?
‑ Non... sûrement pas...
‑ Même pendant cette somnolence, des mots sont venus comme il le fallait...
‑ Lesquels ?
‑ Eh bien :  « Moi aussi  », par exemple...
‑  « Moi aussi  » ? ! Mais pourquoi ?
‑ C'est « retard » qui les a attirés : « Toujours en retard  »... 
et aussitôt « Moi aussi » est sorti...
‑ Comme un soupir pendant le sommeil ? Comme un sifflement? 
Comme un grognement ?
‑ Pas du tout...
‑ Et des «Hmm » venaient à point...
‑ Des « Hmm » ? comme un ronflement?
‑ Non des « Hmm, Hmm »... comme un acquiescement.
‑ Et puis, quand ce bruit monotone d'écoulement a cessé pour un instant... 
il y a eu comme un léger temps d'arrêt.
‑ Et alors ça vous a complètement réveillés ...Et immédiatement tous ceux qui sont 
de service, un peu assoupis aussi, sont revenus à leur poste...
‑ Vous les avez vus ?
‑ Nous avons même admiré à quel point ils sont consciencieux, dévoués...
‑ Aucun ne manquait...
‑ Tandis qu'allaient finir de s'écouler les dernières gouttelettes 
isolées de cette immmense coulée, ils les accompagnaient...
‑ « Ah déjà »... étaient là... Et « Vous partez? »­
‑ Et puis, naturellement, quand est arrivé pour eux le moment... «Au revoir» « À bientôt »... 
se sont avancés.
‑ Enfin, ne vous inquiétez pas... Nous avons bien tout observé... Nous vous avons
même admirés... Ne craignez rien. Tout s'est passé le mieux du monde.


Nathalie Sarraute in Ouvrez ed.folio Gallimard p 68